Navegação – Mapa do site
Clássicos e textos de referência

Le site et la croissance de Lisbonne

Orlando Ribeiro

Entradas no índice

Geográfico :

Lisbonne
Topo da página

Notas da redacção

Communication présentée à la Association de Géographes Français et publiée sous forme condensée dans son Bulletin, Paris, 1938; nouvelle rédaction destinée au Congrès International de Géographie, Lisbonne, 1949, mais restée inédite. Les notes datent de 1963. Nous offrirons dans cet même numéro une traduction en Portugaise.

Texto integral

1Peu de grandes villes jouissent, autant que Lisbonne, d’un emplacement “prédestiné” aussi bien par le site que par la position (fig. 1). Sur un littoral très peu articulé, son port profite de l’échancrure la plus profonde et dont l’accès est le plus facile. Les autres villes côtières s’abritennt dans des estuaires envasés ou derrière des cordons sableux qui ne laissent d’espace que pour des canaux instables où il faut soigneusement entretenir les profondeurs favorables à la navigation. Dans le “goulet” qui donne accès à l’”estuaire” du Tage, vaste comme une mer intérieure, les profondeurs (maximum 48 m) sont suffisantes pour permettre aux plus grands bâtiments de venir à quai. Les courants de marée balaient ce couloir, tandis que les alluvions apportées par le fleuve se déposent dans un véritable delta intérieur et que les vases colmatent les culs de sac de la rive qui fait face à Lisbonne. Du côté de la villa, des rangées de collines ou des lambeaux de plateaux s’approchent du rivage. Le noyau primitif de l’agglomération est situé justement sur la butte aux pentes les plus raides, sur le versant sud dont la base était baignée par les eaux du Tage avant les remblaiements qui commencèrent au XVIe siècle. Lisbonne est donc le dernier exemple occidental d’un site méditerranéen typique, combinant les avantages d’une baie abritée des vents du large et d’un relief facile à défendre, d’où l’on peut surveiller le port.

2La région de Lisbonne est un bassin synclinal occupé en partie par l’estuaire du Tage; vers le Nord, ce bassin se termine par une belle côte miocène, que longe une rivière subséquente; vers le Sud, le terrain se relève pour former la chaîne tertiaire de l’Arrábida que l’on aperçoit à l’horizon de la ville.

3A l’intérieur de ce bassin, les couches, qui vont du Crétacé au Miocène, on été disloquées par quelques bombements anticlinaux, par des failles et par des flexures qui orientent un relief exhumé de ses éléments tendres. Cependant la partie occupée par le centre de la ville présente une structure monoclinale, avec les couches plongeant vers le Tage, On peut restituer, conservés vers 90-110 mètres d’altitude, des éléments d’une surface arrasée (probablement du Pliocène final) entaillée par une série de vallées conséquentes perpendiculaires au rivage. Par suite de la proximité du niveau de base, les rivières se sont encaissées dans cette surface, la profondeur des vallées diminuant rapidement vers l’amont, de telle sorte que la région présente, au bord du Tage, une alternance de sillons profonds et de collines allongées qui se soudent à l’intérieur pour former un plateau faiblement ondulé. Les pentes sont assez raides et les parties du plateau constituées de roche dure (molasse calcaire) forment des corniches en haut des versants.

Figure 1 : La position de Lisbonne sur l'embouchure du Tage.

Altitude: 1. moins de 25 m, 2. entre 25 et 200 m, 3. entre 200 et 400 m, 4. plus de 400 m, 5. routes principales et voies ferrées, 6. limite de l'agglomération urbaine.

4Ces contrastes de relief ont eu sur le développement de Lisbonne une influence décisive (fig. 2). Le vieil oppidum pré-romain s’était établi sur un lambeau circulaire de plateau, à l’endroit le plus facile à défendre et le plus rapproché du Tage. On sait très peu de chose sur la ville romaine (Olisippo) dont les vestiges archéologiques permettent de supposer qu’elle débordait l’enceinte du haut Moyen-Âge. Cette dernière marque probablement dans la vie urbaine une phase de régression, après l’épanouissement de l’époque romaine.

5Au début du XIIème siècle, la ville arabe (Lichbouna) s’abritait derrière de fortes murailles et était couronnée d’un château construit avec les calcaires jaunâtres tirés du plateau sur lequel il se dresse. Ce noyau fortifié était établi sur la pente descendant vers le Tage, tandis que des faubourgs s’étalaient vers l’Est et l’Ouest. On peut reconnaître, au tracé tortueux des ruelles et des impasses, le plan typique des villes musulmanes. Ce plan a survécu jusqu’à nos jours dans quelques quartiers où la reconstruction, après le tremblement de terre de 1755, respecta l’emplacement des maisons ruinées.

Figure 2 : Schéma du site génétique de Lisbonne

La vielle ville s'est d'abord étendue sur le versan méridional de la colline du château; puis la Baixa s'est structurée dans la vallée située à l'Ouest, entre la Ribeira et le Rossio; la conquête des autres collines est plus récente et s'est surtout faite à partir des églises conventuelles.

6Peu après la conquête portugaise, Lisbonne devient capitale (XIIIème siècle). A la fin du Moyen-Âge, ses ouvriers se groupent en corporations, son port abrite des bateaux que l’on peut compter par centaines, le commerce du centre et du sud du pays se fait en grande partie par l’estuaire du Tage, riche en poissons, au régime de marées régulier, facilement navigable, et d’où l’on peut gagner, par des routes naturelles, l’intérieur du pays. Tout autor de Lisbonne s’étendent des sols assez riches provenant de l’altération des argiles et marnes miocènes et de la nappe basaltique, ces dernières d’une fertilité proverbiale pour la production du blé. Une agriculture minutieuse, qui porte l’empreinte arabe, avec un savant système d’irrigation encore en usage, nourrissait la population déjà nombreuse de la ville. Bientôt celle-ci déborde les murailles pour se répandre à l’extérieur, en de nombreux faubourgs constitués autour de couvents ou d’églises (du XIIème au XIVème siècle), presque toujours perchés sur les hauteurs. Le développement de Lisbonne ne se fait pourtant pas en auréoles concentriques, à la façon d’une tache d’huile qui se répand, mais le long de rangées de collines, séparées par des vallées dont les alluvions portaient des cultures irriguées; les quelques coteaux plus raides étaient, au centre même de la ville, couverts d’oliviers. De telle sorte que Lisbonne présentait le curieux phénomène d’une pénétration de la vie rurale au cœur même de la cité et d’un enchevêtrement d’aspects urbains et campagnards à la périphérie, au point que l’on ne pouvait pas dire parfois si l’on était dans la ville ou si on l’avait déjà quittée. Ces témoins de la campagne sont aujourd’hui des îlots de plus en plus petits, perdus dans un océan de maisons, mais les vieilles gravures et les descriptions des auteurs sont assez expressives à cet égard. La toponymie des rues garde encore le souvenir des arbres, des vignes ou des cultures maraîchères qu’elles ont remplacés. De nos jours, on peut citer l’exemple analogue de deux nouveaux quartiers (Alto do Pina, Alto de São João) dont les blocs d’immeubles dominent une pittoresque vallée qui conserve encore sa physionomie paysanne.

7Une autre ligne de croissance est marquée par la rive de l’estuaire. La vie maritime y a toujours été intense. C’est à l’Ouest de la colline du château, dans la Baixa (ville basse), quartier qui occupe le fond d’une vallée débouchant dans le Tage, que, depuis le XVème siècle, s’accumulent les activités urbaines: commerce, banques, ministères, services administratifs, distractions, qui se concentrent de plus en plus dans cette sorte de City. En quelques minutes, on peut gagner les quais qui s’échelonnent le long du rivage, où débarquent les hommes et les marchandises. C’est dans ce quartier grouillant que le roi Emmanuel, au temps des Découvertes, transféra sa demeure, naguère perchée sur le hauteurs du château. Cette construction opulente battue par les flots, aux balcons donnat sur le Tage, était à la fois un palais, un comptoir et un magasin, où s’entassèrent les richesses de l’Inde que le Roi, premier commerçant de ses Etats, tenait à surveiller. La ville n’est plus la capitale d’un petit pays de paysans, mais un centre cosmopolite, carrefour des routes de l’Océan et de la Méditerranée, où les étrangers, attirés par le commerce, sont si nombreux au dire d’un écrivain de l’époque, qu’on en rencontre toujours de n’importe quel pays. Tous les quartiers qui se développent le long du rivage portent l’empreinte du port: quartiers de nègres, de matelots, d’Anglais – nom qui désigne pour le peuple l’ensemble des étrangers –, de pêcheurs, de vendeuses de poisson, tous gen qui vivent en contact avec la mer ou qui arrivent par voie maritime. Lisbonne, avec ses 100.000 habitants, se range parmi les villes célèbres d’Europe: la légende l’ennoblit en lui donnat Ulysse pour fondateur, comme Rome elle est bâtie sur sept collines, comme Constantinople elle regarde une mer intérieure. Au moment même où les relations commerciales se tournent vers les ports de l’Atlantique et de la Mer du Nord, on se plait à rapprocher Lisbonne des autres villes cités méditerranéennes, parant ainsi cette capitale d’une auréole de noblesse et de prestige antiques. Les monuments, palais, églises, s’y multiplient. Cette prospérité n’a pas duré longtemps, mais son empreinte a été si profonde que l’on en retrouve des traces encore un peu partout.

  • 1 Ce n’est que récemment que l’on a été forcé de multiplier les points de départ et d’aboutissement d (...)

8La période de Jean V et celle de Pombal, après le grand tremblement de terre de 1755, marque des améliorations et des changements très considérables, mais les éléments essentiels de la morphologie urbaine étaient déjà fixés. Dans la Baixa, où ce qui restait des maisons renversées par le séisme fut rasé à coup de canon, le tracé des rues a changé. Cependant les deux grandes places du XVème existent encore: la Place du Commerce, qui s’ouvre vers le Tage comme une sorte d’entrée symbolique de Lisbonne, et le Rossio, véritable carrefour urbain situé plus à l’intérieur, d’où partaient naguère toutes les lignes de tramways et où aboutissaient les voies ferrées qui mettaient la ville en relation avec les trois-quarts du pays1. Entre les deux places, sur le fond plat de la vallée, se développe le plan pombalien, en damier, d’une régularité monotone, qui a remplacé les vieilles ruelles tortueuses. A l’Est comme à l’Ouest, le terrain monte vers le sommet des collines; au Nord du Rossio, la vallée bifurque en Y, et au long des deux branches, des avenues, qui ont repris en partie le tracé d’anciens chemins ruraux, mènent aux quartiers périphériques.

  • 2 Aujourd’hui les tramways ont été supprimés au centre de la ville et le métro assure la correspondan (...)

9Comme partout, la seconde moitié du XIXème siècle marque le début d’une importante phase de croissance qui se poursuit encore. Les taches rurales que nous avions signalées au centre même de la ville se couvrent de maisons et il n’est reste que quelques témoins sur les pentes les plus raides. De nouveaux quartiers s’étendent vers le Nord, là où les plateaux sont moins entaillés par les rivières, ce qui permet le développement d’un plan régulier (Avenidas Novas, Nouvelles Avenues). On élargit des rues étroites, on démolit de vieux immeubles, on rectifie des voies tortueuses, on ouvre de larges avenues, on aménage des espaces vides en parcs et en jardins. Les moulins à vent qui couronnaient les hauteurs, les hortas (cultures maraîchères) avec leur savant système d’irrigation, les vignes, les olivettes et les champs de céréales, disparaissent sous un manteau uniforme de rues et de maisons. Le paysan se fait ouvrier ou se réfugie plus loin, reculant devant cette transgression urbaine. En même temps, l’accélération des moyens de transport modifie les rapports de la ville avec certains villages de banlieue. Les fermes et les villas où l’on passait l’été ont tendance à devenir des lieux de résidence permanente. Le terrain se valorise le long des lignes de tramway qui permettent d’atteindre en 30 ou 40 minutes le centre de Lisbonne2. On voit alors ces propriétés si savamment organisées, qui comportaient à la fois un jardin de plaisance et une exploitation agricole, se morceler en lotissements. Quelques villages de la banlieue s’urbanisent à leur tour et se rattachent définitivement à la ville. Cependant la campagne garde encore ses droits. A l’intérieur même des limites administratives de Lisbonne qui enferment une superficie de 8.250 hectares, comme entre les 5 ou 6 tentacules qui prolongent l’aire urbaine au-delà de ces limites, subsistent des hameaux de paysans, de vieilles maisons rurales délabrées, des installations agricoles un peu à l’écart, des coins perdus qui gardent le rythme lent d’une vie routinière. C’est encore la pénétration du paysage rural et du paysage urbain que nous avons déjà signalée comme un aspect caractéristique du vieux Lisbonne. Comme autrefois, le relief joue son rôle dans ce contraste mais son influence se fait sentir en sens inverse: ce ne sont plus les collines mais les vallées qui attirent le peuplement. Cette inversion est d’ailleurs facile à comprendre. Dans la ville, on bâtissait sur les terrains moins fertiles des hauteurs en épargnant les vallées à sol riche. En banlieue, ce sont justement les vallées, exploitées d’une façon plus intensive, qui ont déterminé la fixation des hommes et le tracé des chemins, éléments qui, à leur tour, ont guidé la poussé urbaine.

10A la fin du XIXème siècle, on a procédé à d’importants travaux d’aménagement du port en gagnant du terrain sur le rivage. Sur une longueuer de plus de 12 km, s’étendent les docks, les quais, les bassins spécialisés: bateaux de pêche, grands paquebots, lignes d’Outre-Mer, cabotage de l’intérieur de l’estuaire, marine de guerre, etc. Malgré leur étendue, l’ensemble des installations du port suffit à peine aux besoins de la navigation actuelle. On a dû transférer sur la rive sud l’arsenal et une partie des entrepôts et des chantiers de construction navale. Les quartiers de résidence qui, jadis, alignaient au bord du Tage les façades aristocratiques de leurs palais et de leurs couvents, se trouvent aujourd’hui séparés du fleuve par le ruban d’installations industrielles qui accompagna le développement du port. S’y installe aussi une population de dockers, d’ouvriers, de marins, de pêcheurs, de vendeuses de poisson, habitant au milieu des usines, des entrepôts et de magasins, et qui, au petit jour, descend sur les quais voisins pour y chercher du travail. La vie industrielle, que l’on voit rarement s’établir à la périphérie non maritime de Lisbonne, se répand surtout le long de la rive du Tage, attirée par le port; même les industries qui n’en dépendent pas s’y sont aussi établies. Quelques-unes remontent le fleuve jusqu’à Vila Franca de Xira, d’autres ont débordé sur la rive sud, où la plus grande agglomération des environs de Lisbonne doit son importance aux usines et aux nombreux ouvriers qui y travaillent (Barreiro, 16.000 habitants).

11 Au-delà de ses limites administratives, la ville se poursuit encore le long du Tage. En amont, des établissements industriels s’établissent au milieu de cultures maraîchères, qu’ils anéantissent ou qu’ils repoussent plus loin. En aval, vers l’Atlantique, dans la partie appelée depuis quelques années Costa do Sol, se succèdent des plages ensoleillées, abritées des vents du Nord, qui reçoivent pendant l’été la population citadine aisée. Elles sont toutes reliées, par de trains rapides et fréquents, à une gare située non loin de centre de la ville. Déjà plusieurs stations d’été se transforment en séjour permament. Jusqu’à Cascais, en pleine côte atlantique, sur une parcours de 26 km, on aperçoit presque toujours des maisons et on n’a pas l’impression d’avoir quitté la ville. Mais si on regarde du haut des collines de la rive sud, on voit que cette rangée de maisons ne se prolonge guère à l’intérieur. Le fait avait déjà frappé Link qui, au début du XIXème siècle, décrivait la partie ouest de Lisbonne comme une sorte de longe rue parallèle au rivage. En arrière, la campagne déboisée où l’on cultive des céréales alternant avec des légumineuses, s’étend sur le sols rougeâtres provenant de l’altération des bassaltes ou sur les affleurements plus pauvres d’argiles et de marnes miocènes.

  • 3 En 1960, 817.000 habitants [1963].

12Les modifications du paysage de banlieue que nous venons de résumer, enregistrent l’augmentation de la population de la ville. En 1840, Lisbonne comptait 192.000 habitants; en 1864, 198.000; en 1890, 290.000; en 1911 435.000; en 1930, 594.000 c’est à dire le dixième de la population portugaise3. L’augmentation a suivi un rythme différent suivant les quartiers. La Baixa et ses alentours, cité des affaires, de l’administration et des loisirs, grouillante pendant la journée, se dépeuple la nuit. Les bureaux, les banques, les cafés, les magasins, laissent peu de place aux appartements: depuis 50 ans sa population est stationnaire ou diminue. Tout autour, dans ce qui était Lisbonne jusqu’au milieu du XIXème siècle, les augmentations sont en général inférieures à 50 %; à la périphérie, la poussé est énorme (plus de 200 %); dans le quartier des Nouvelles Avenues, plus de 1.000 %.

  • 4 Porto, dit à juste titre la capitale du Nord, au centre d’une région surpeuple, a 232.000 habitants (...)

13Comment expliquer cette force de croissance, ce puissant élan urbain, dans un pays qui n’a que deux villes de plus de 50.000 habitants?4 Y contribuent d’abord les fonctions de capitale que Lisbonne exerce dans toute leur plénitude. L’administration, les écoles et les établissements scientifiques, les musées, les théâtres, les distractions, marquent un profond contraste avec les villes de province. Lisbonne est en même temps le plus grand centre de commerce, de banque et d’industrie, le plus grand port maritime. Elle possède à la fois une main-d’œuvre abondante et adroite, une population de marins et de pêcheurs et une paysannerie vivante bien que routinière.

14Pour comprendre les fonctions géographiques de Lisbonne, il faut placer la ville dans un cadre plus vaste que celui d’un pays de 6 millions d’habitants dont la population croît rapidement. Jusqu’au XVème siècle Lisbonne a été seulement une ville portugaise. A l’époque des Grandes Découvertes, elle devint un port de mer rattaché pour toujours aux grands courants de circulation océanique. Donc, la position de Lisbonne explique son destin: située à un tournant du littoral européen, proche à la fois de la Méditerranée, de la Mer du Nord et de l’Afrique Occidentale, regardant aussi vers l’Amérique, Lisbonne offre l’accès facile de son immense estuaire aux bateaux de tous les pays qui, sillonnant en tous sens la mer voisine, transportent, depuis le XVIème siècle, les produits de tous les climats.

Topo da página

Bibliografia

Quelques textes de Orlando Ribeiro sur Lisboa :

Ribeiro, Orlando (1938) «Le site et la croissance de Lisbonne», Bulletin de l’Association de Géographes Français, Paris, 115, 99-103.

Ribeiro, Orlando (1945) «Evolução e perspectivas dos Estudos Olisiponenses», Revista Municipal, Lisboa, Publicação Cultural da Câmara Municipal de Lisboa, 27, 3-12.

Ribeiro, Orlando (1947) «O Território de Lisboa», in VVAA, Lisboa. Oito séculos de História, Lisboa, Câmara Municipal de Lisboa, vol. 1., 2-11.

Ribeiro, Orlando (1955) «Em torno da estrutura de Lisboa», Diário Popular, Lisboa, 29 de Agosto de 1955.

Ribeiro, Orlando (1986) «Lisboa e o Tejo. (Fragmento de um livro em preparação sobre Lisboa)», Cinquentenário do Grupo Amigos de Lisboa, 1936-1986, Olisipo, Lisboa, 149, 49-54.

Ribeiro, Orlando (1994) Opúsculos Geográficos V - Temas Urbanos, Lisboa, F. C. G.

(este volume colige os escritos do autor sobre Geografia urbana, incluindo os artigos referidos).

Quelques études sur Orlando Ribeiro :

Braga, José (2012) Geografia de Lisboa Segundo Orlando Ribeiro, Dissertação de Mestrado em História e Filosofia da Ciência apresentada à Faculdade de Ciências da Universidade de Lisboa.

Garcia, João Carlos (1992) «As cidades na Obra de Orlando Ribeiro» Penélope, Lisboa 7, 107-116.

Garcia, João Carlos (1998) «Orlando Ribeiro (1911-1997), o Mundo à sua Procura» Revista da Faculdade de Letras da Universidade do Porto- Geografia, Porto, XIV, 107-116.

Gaspar, Jorge (2008) «Orlando Ribeiro e Lisboa Locais de Vida e de Memória»

Topo da página

Notas

1 Ce n’est que récemment que l’on a été forcé de multiplier les points de départ et d’aboutissement de la circulation [1963].

2 Aujourd’hui les tramways ont été supprimés au centre de la ville et le métro assure la correspondance avec ceux qui gagnent la périphérie. Un service d’autobus dessert pratiquement tous les villages et hameaux de grande banlieu. La tendance indiquée ne fait que s’accentuer [1963].

3 En 1960, 817.000 habitants [1963].

4 Porto, dit à juste titre la capitale du Nord, au centre d’une région surpeuple, a 232.000 habitants; on tombe ensuite à des chiffres très bas: Setúbal. 46.000; Coimbra, 27.000 (Données de 1930).

Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Orlando Ribeiro, « Le site et la croissance de Lisbonne », Terra Brasilis (Nova Série) [Online], 2 | 2013, posto online no dia 21 Junho 2013, consultado o 24 Março 2017. URL : http://terrabrasilis.revues.org/741 ; DOI : 10.4000/terrabrasilis.741

Topo da página

Autor

Orlando Ribeiro

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

© Rede Brasileira de História da Geografia e Geografia Histórica

Topo da página
  • Les cahiers de Revues.org